mercredi 30 janvier 2008

météo des écoles

Cher Docteur Jack,

Aujourd'hui c'est moi qui m'y colle et qui te fais parvenir quelques minces informations recueillies ce lundi 28 janvier, journée de brouillard intense dans ma chère région d'adoption, la Bretagne.

Il me faut quand même préciser que je travaille dans un ITEP (Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique) accueillant des enfants agés de 6 à 12 ans et ayant des troubles du comportement. Les enfants sont accueillis en internat du lundi matin au vendredi soir ou samedi midi selon le cas.
Je suis en charge d'une classe de 7 garçons agés de 8 à 12 ans.

Donc lundi, notre école commence à 9h30. Le brouillard est si intense qu'il fait "blanc" partout et qu'on ne voit pas le bout de la cour.
Sur 7 enfants, seuls 5 sont présents, les 2 autres ont été "oubliés" par leur taxi et ce sont les parents qui les emmènent.
conclusion: le brouillard empêche ceratins taxis de rouler et fait travailler les parents.

La matinée se poursuit, mes 2 retardataires arrivent pile poil pour la récré .
Retour de récré, mon éléve le plus âgé commence à montrer des signes de fatigue suivis d'insolence et de provocation, me voilà donc obligé de le conduire à l'éducateur de permanence qui me le ramène peu de temps après calmé (c'était juste un week end de plus agité!!).
Le reste de la matinée se passe plutôt bien....

L'après-midi, il fait toujours très blanc dehors, ça ne se lève pas.... du coup, un élève ne me voit sans doute pas partir et oublie de revenir en classe.... un éducateur est obligé de lui courrir après, de le calmer pour pouvoir me le ramener....

Tout se passe jusqu'au retour de la récré.... tiens soulignons quand même qu'à cette heure la il fait jour, le brouillard s'est enfin levé!!!!
Soudain, une bagarre éclate entre 2 enfants, l'un se moque de l'autre qui lui envoie un ballon dans la tête avant de se sauver..... du coup l'autre se dit qu'il préfère aussi rester dehors.... et un élève de la classe d'à côté décide de les rejoindre.


Du coup, 2 éducs sont obligés de leur courir. En voilà un qu'on me ramène (celui qui a lancé le ballon) beaucoup plus calme..... quand tout à coup, un autre décide qu'il veut que je le sorte et commence à faire du tam tam sur sa table.... Je lui explique que je ne peux pas car il n'y a plus d'éducateurs disponibles.... ça ne lui va pas du tout et du coup, il se met à balancer la table, donner des coup s de pieds dans les chaises et veut s'en prendre à un de ses camarades.... me voilà donc obligée d'intervenir , de lui tenir les mains avant de finir par terre à le maitriser pendant presque un quart d'heure. (le temps qu'un éduc soit dispo pour le prendre!!)

conclusion: en cas de brouillard, c'est quand il se lève que les enfants s'énervent .....

Leene, en léger différé de sa ferme ....



merci leene pour cet exposé scientifique qui sera profitable à tous les instit's de Danger Ecole!
jack

6 commentaires:

kati a dit…

En Provence aussi il y a eu un brouillard à couper au couteau, mais ce matin! Et c'est vrai que mes loupiots étaient relativement calmes dans tout ce blanc cotonneux...
"Le brouillard a tout mis dans son sac de coton
Le brouillard a tout pris autour de ma maison
Plus de fleurs au jardin
Plus d'arbres dans l'allée...(etc)"
(Maurice Carême)

P'tite maikress a dit…

Je viens de commencer une p'tite étude pour voir si les jours où mon chat est chiants sont les mêmes que ceux où les élèves sont pénibles !

Em a dit…

Ca me rappelle "le journal d'un remplaçant" d'Everland qui m'avait fait mourir de rire dans les premières pages ... et pleurer à la fin. A la place de Leene, c'est moi qui serais dans le brouillard tous les jours. Heureusement, Leene a l'air d'être un soleil permanent ;-)

Leene a dit…

Alors je ne suis ni un soleil permanent (hélas) ni dans le brouillard. J'ai la chance d'avoir choisi d'aller dans cet institut et j'ai choisi d'y rester pour le moment (je suis en dispo pour rapprochement de conjoint et c'est un institut privé). C'est clair que ce n'est pas facile tous les jours mais en même temps j'ai l'impression d'être à ma place avec ces enfants meurtris et les moments de joie et de plaisir sont nombreux.
L'avantage est que je peux vraiment m'adapter et adapter mes apprentissages à chaque enfant, ce que je n'arrivais pas à faire dans les classes normales que j'ai eu.
Mais bon j'avoue quand même que lundi soir en rentrant j'étais "GRRRR" et "PFFFFF" et pourtant le mardi j'y retournais grand sourire!!!!!

Leene, un peu maso des fois !!!!

thetys a dit…

Non, pas maso! Tu as simplement la vocation et donc tu t'investis totalement en classe! Je te comprends tout à fait, je passe par une phase de doutes et de questionnements, et je voudrais enseigner autrement pour que les loulous en difficulté soient sur la bonne voie en entrant au CP. Malheureusement avec nos effectifs, c'est pratiquement mission impossible, sauf dans les classes à double niveau avec PS!

Anonyme a dit…

BRAVO pour ton courage...J'ai eu une CLIS mais j'ai craqué !
BISOUS
INGRID